Une nouvelle plateforme pour la Banque alimentaire de Savoie

Une nouvelle plateforme pour la Banque alimentaire de Savoie

© Michel Pérès

La Région soutient les acteurs de la lutte contre la pauvreté qui frappe plus de 12 % de ses habitants.

Pour la 37e année consécutive, les Restos du cœur et ses 72 000 bénévoles ont repris du service fin novembre jusqu’à fin mars. D’après l’INSEE, 4,8 millions de Français ont recours aux aides alimentaires. 84 % d’entre eux disposent de moins de 799 euros par mois.
En Auvergne-Rhône-Alpes, les services sociaux de l'État évaluent en 2016, à 12,3 % la population en situation de pauvreté financière, soit environ 950 000 habitants d’Auvergne-Rhône-Alpes.

La Banque alimentaire constitue l’un des acteurs majeurs de la lutte contre la précarité. À l’échelle régionale, on compte huit banques alimentaires réparties sur l’ensemble du territoire, chargées notamment de la distribution gratuite auprès d’un réseau de plus de 5 000 associations et Centres communaux d'action sociale partenaires.
La Région s’investit également dans ce combat à travers un soutien aux investissements à ces acteurs de terrain. En 2018, elle a ainsi soutenu 17 opérations pour près de 700 000 euros.
Ainsi la Banque alimentaire de Savoie, qui compte 160 bénévoles et distribue l’équivalent de 2,3 millions de repas par an, a bénéficié de ces aides pour acquérir et moderniser sa plateforme logistique du Grand Chambéry, qu’elle partage avec les Restos du Cœur.
Outre l’acquisition de cette plateforme logistique, le programme de travaux consistait à réhabiliter le local et l’aménager pour répondre aux besoins de stockage, avec l’acquisition de racks d’entreposage de 600 palettes, d’un préparateur de commandes électriques, d’un nouveau camion frigorifique. Au total, la Région a été sollicitée pour une enveloppe de 835 000 euros sur un projet global de plus de 3,6 millions d’euros.

En parallèle, la Banque alimentaire propose des missions « d’engagement volontaire » à des jeunes titulaires du Pass’ Région afin de développer leur appétence pour le bénévolat auprès d’associations caritatives, en échange de quoi ils pourront bénéficier à leur tour d’aides financières régionales pour passer leur permis de conduire ou leur BAFA.

Retour en haut de page