La formation professionnelle des personnes handicapées progresse

La formation professionnelle des personnes handicapées progresse

« Accueillir tout le monde en acceptant toutes les différences », c’est l’objectif de l’Espace de formation des métiers de l’artisanat (EFMA) de Bourgoin-Jallieu qui compte environ 1 000 jeunes avec des profils variés. Michel Pérès
Elise Grasset en cours de pratique "Charcuterie-traiteur" à l'Espace de formation des métiers de l’artisanat (EFMA) de Bourgoin-Jallieu. Michel Pérès
Dans les ateliers de pratique de l'EFMA de Bourgoin-Jallieu Michel Pérès
Démonstration d'une décoration mayonnaise réalisée à l'aide d'une douille, à l'EFMA de Bourgoin-Jallieu Michel Pérès
Camille Frison a intégré l'EFMA de Bourgoin-Jallieu en novembre dernier. En alternance, elle travaille pour le restaurateur Buffalo Grill. Michel Pérès
Les jeunes découvrent les gestes professionnels de la pâtisserie à l'EFMA de Bourgoin-Jallieu. Michel Pérès
Une dizaine de jeunes préparent le titre professionel d'agent de restauration à l'EFMA de Bourgoin-Jallieu. Michel Pérès
Diego Roussel et Camille Frison à l'EFMA de Bourgoin-Jallieu Michel Pérès
Les jeunes préparent les légumes pour la recette du couscous au poulet à l'EFMA de Bourgoin-Jallieu. Camille Frison s'applique sous le regard bienveillant de son accompagnatrice (l'équivant de AVS, assistante de vie scolaire). Michel Pérès
Les locaux de l'EFMA de Bourgoin-Jallieu Michel Pérès

À l'occasion de la Journée mondiale de la trisomie 21, ce jeudi 21 mars, reportage à l’EFMA de Bourgoin-Jallieu en Isère, un centre de formation intégré à la démarche H+ portée la Région et l’Agefiph.

« Accueillir tout le monde en acceptant toutes les différences », c’est l’objectif de l’Espace de formation des métiers de l’artisanat (EFMA) de Bourgoin-Jallieu qui compte environ 1 000 jeunes « avec des profils variés : des adolescents sortant de classe de 3e, des bacheliers, des adultes en reconversion professionnelle, de jeunes allophones mais aussi des personnes en situation de handicap » explique Corinne Bart, responsable pédagogique et référente H+ de l’établissement.

Depuis la rentrée, Camille Frison, 21 ans, en contrat de professionnalisation, alterne journée de formation à l’EFMA et journée de travail au Buffalo Grill : « J’adore cuisiner, précise-t-elle, ici j’apprends à préparer les entrées et les desserts, la crème brûlée et les cafés gourmands ». Son rêve : « avoir un travail et un appartement » comme les autres jeunes de son âge et ses frères et sœurs.
Fortement soutenue par sa mère, Sandrine Frison, qui s’est toujours battue pour que sa fille puisse effectuer l’ensemble de son parcours « en milieu ordinaire » : « c’est un combat continuel » précise-t-elle. Grâce à l’implication des formateurs de l’EFMA et à une auxiliaire, Camille, qui bénéficie de temps de remédiation pour répéter les gestes professionnels appris en cuisine, prépare son diplôme d’agent de restauration, un titre professionnel délivré par le ministère du travail, comme les vingt autres apprentis de sa promotion.

Patrice Argoud, le professeur de cuisine, encourage ses élèves : « C’est bien Camille, tu maîtrises les gestes ! Maintenant, il va falloir apprendre à oser t’imposer, prendre des initiatives ». Bienveillant, l’enseignant multiplie les consignes, adapte sa pédagogie en fonction de chacun : « Il faut savoir se remettre en question au quotidien pour répondre au mieux aux difficultés de chacun, à sa vitesse d’apprentissage et les accompagner jusqu’au jour de l’examen ».

Pour certains élèves les cours de pratique professionnelle sont une véritable révélation après des parcours scolaires chaotiques. Dans l’atelier charcuterie-traiteur, Elise Grasset, reconnue « multidys », rayonne : « Pour moi c’est le jour et la nuit : j’ai connu de grosses difficultés à l’école. Le travail scolaire ne me convenait pas du tout, j’étais dans une situation d’échec, complétement déprimée et je ne voyais pas du tout comment continuer. Aucune orientation ne semblait me convenir ».
Après plusieurs stages dans l’hôtellerie, la pâtisserie, elle découvre la cuisine chez un traiteur qui compte 25 employés. Une entreprise où elle est aujourd’hui en contrat d’alternance. C’est sereinement qu’elle évoque une poursuite d’études : « Pourquoi pas un bac pro après le CAP, envisage la jeune fille qui a retrouvé confiance en elle grâce à des enseignants à l’écoute, ou lancer ma propre entreprise… J’ai le temps de découvrir les métiers et les spécialités qui me plairont vraiment » souligne Elise à la maturité étonnante du haut de ses 15 ans.

H+ Formation est la démarche qualitative d’accueil en formation des personnes en situation de handicap créée par la Région en partenariat avec l’Agefiph. En 2018, sur Auvergne-Rhône-Alpes, ce sont 333 organismes qui ont ainsi été labellisés, centres de formation continue, centres de formation d’apprentissage, organismes de formation sanitaire et sociale, écoles de production ou encore écoles de la 2ème chance.

« Grâce à cette démarche, nous appartenons à un réseau où nous pouvons échanger sur nos pratiques et nos problématiques, constate Corinne Bart, nous n’avons pas toutes les solutions mais nous mettons tout en œuvre pour accueillir un maximum de jeunes ». Son prochain projet : constituer un réseau de parents dont les enfants sont en situation de phobie scolaire, en lien avec Sandrine Frison, la maman de Camille, qui est déjà intervenue auprès d'autres familles d'apprentis confrontées à cette situation.

5es Rencontres Handiagora

Mercredi 3 avril à l’Espace Tête d’Or, Villeurbanne / Lyon

Les Rencontres Handiagora constituent « un lieu privilégié de découvertes, d’échanges et d’opportunités d’emploi avec un focus particulier sur l’alternance », qui poursuivent elles aussi l’objectif de faciliter l’emploi des personnes handicapées, de la construction de leur projet professionnel à leur recrutement.

Dès 9h, une conférence est prévue afin d’éclairer les participants et les professionnels présents sur les impacts des évolutions législatives concernant le handicap au travail. Le reste de la journée permettra aux visiteurs de s’informer et d’échanger sur les stands « Employeurs », « Formation », « Accompagnement » et « Aides techniques ». L’idée est de faciliter le plus possible le contact entre candidats et employeurs.

La Région sera également présente en force sur ces 5es Rencontres Handiagora, qui font « un pari sur l’avenir qui participe d’une vision durable du rôle de l’entreprise dans son environnement » : un grand stand sur l’espace partenaires permettra de présenter les dispositifs régionaux et de la Mission Handicap de la Région.

www.handiagora.fr

Retour en haut de page