Duos de choc avec la mini-série « Un chef à la maison »

Duos de choc avec la mini-série « Un chef à la maison »

La mini-série « Un chef à la maison – secrets gourmands » te fait partager la complicité, par écrans interposés, d’un jeune en formation et d’un grand chef. Le temps de réaliser une recette fleurant bon les produits du terroir. Dans le premier épisode, Régis Marcon et Laura préparent une quiche aux cèpes et poireaux. Miam !

Les premières minutes, Laura se montre timide et hésitante devant la caméra. Régis Marcon, chef trois étoiles à Saint-Bonnet-le-Froid en Haute-Loire, la met rapidement à l’aise. Il faut dire que le cuisinier a de la bouteille avec ses 43 ans d’expérience en cuisine, et sa notoriété ! Dans un dialogue mêlant astuces et humour, ils vont confectionner, chacun dans leur cuisine, crise sanitaire oblige, une quiche qui met l’eau à la bouche.

Laura, c’est Laura Alix, une adolescente qui suit cette année une formation en atelier préprofessionnel au Centre d'éducation motrice Jean-Marie Arnion de Dommartin dans le Rhône...De son handicap, il est peu question dans ce premier épisode. Parce que le handicap n'a pas sa place en cuisine.

D’autres épisodes de la mini-série, avec de nouveaux duos de cuisiniers-jeunes, sont en préparation. Les recettes ont été créées par des chefs d’excellence, étoilés ou meilleurs ouvriers de France, sélectionnés avec soin pour représenter la Région et qui s’investissent avec enthousiasme dans la cause du handicap, avec un grand sens de la pédagogie.

A ton tour maintenant ! Seul ou en famille, joue les marmitons avec des recettes simples à reproduire.

Les recettes

La mini-série « Un chef à la maison – secrets gourmands » s’inscrit dans la continuité de la grande cause régionale 2020 « Enfance et handicap » et des actions régionales comme le soutien à l’acquisition des aires de jeux accessibles aux enfants en situation de handicap, l’aménagement des espaces familles dans les établissements de santé, les aides pour loger les personnes en situation de handicap, pour l’achat d’équipement adapté, ou encore pour l’amélioration de l’accessibilité aux loisirs.

 

Retour en haut de page